But

Le Collectif Africain Pour la Démocratie (CAPD) est une organisation non gouvernementale, non partisane, dont le but est de soutenir la démocratie et de protéger les libertés fondamentales et l’État de droit comme moyen de prévention des violations des droits de l’homme. Le but du CAPD est de préparer les citoyens à la participation civique et politique grâce à l’articulation entre autonomisation et participation civique, avec la conviction que la citoyenneté est un modèle de comportement démocratique basé sur un équilibre entre les droits et les responsabilités partagées. Le CAPD espère jouer un rôle pionnier pour la consécration de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit en Afrique sub-saharienne.

Clivages transversaux

La démocratie, adaptée aux normes socioculturelles locales, est le système de gouvernance privilégié dans les sociétés multiculturelles ou hétérogènes. Selon Mahatma Gandhi, « l’esprit de la démocratie ne peut être imposé de l’extérieur. Il doit venir de l’intérieur. Dans une véritable démocratie, chaque homme et chaque femme apprend à penser par lui-même ». En mettant l’accent sur la responsabilité citoyenne couplée avec l’éducation et le renforcement des clivages transversaux, le CAPD espère réduire les conflits internes et engager les parties prenantes en vue de restaurer les valeurs ancestrales authentiques, ciment de la démocratie et de la protection des droits et des libertés fondamentaux.

Droits universels

Desmond Tutu, archevêque sud-africain et prix Nobel de la paix, affirme que « ce qui vous déshumanise me déshumanise ». Cette notion s’aligne sur l’argument selon lequel les droits de l’homme sont universels et « qu’il n’existe pas d’État de droit dans les sociétés où les droits de l’homme ne sont pas protégés (ONU) ». Elle suggère surtout que pour endiguer la violence endémique qui caractérise le fonctionnement des États sub-sahariens, il faut soutenir les efforts permettant de renforcer l’État de droit et, du point de vue de la concertation internationale, cultiver des relations sincères de proximité, de solidarité et de fraternité avec les sociétés libérales en vue d’assurer la protection des opprimés, et non des oppresseurs.